Toyota passe enfin au 100 % électrique avec son bZ4X Concept

Cette fois c’est la bonne : après moultes expérimentations et une imbattable expérience dans le domaine de l’hybridation, Toyota se lance enfin dans le marché du 100 % électrique à batteries avec le bZ4X Concept…qui n’a de “concept” que le nom.

Bon, commençons cet article par un aveu : mon titre verse dans le putaclic de base, puisque Toyota est déjà présent dans le marché du 100 % électrique depuis 2015…dans la catégorie hydrogène, avec la Mirai. On parle donc ici d’une première sur le marché d’un modèle 100 % électrique à batteries. En espérant que la responsable produit me pardonne.

Du coup, toutes les déclinaisons de la catégorie “voiture électrifiée” sont représentées dans la gamme Toyota

Mais penchons-nous d’un peu plus près sur l’objet du jour, en commençant par son drôle de patronyme. “bZ4X” avec un bZ pour “beyond Zero”, la nouvelle dénomination de Toyota pour les voitures 100 % électriques à batterie qui, je cite, “souligne l’engagement de Toyota à atteindre non seulement zéro émission de carbone et la neutralité carbone, mais aussi à aller au-delà pour faire progresser l’environnement, les individus et la société dans son ensemble” (oooh, comme c’est beau), tandis que le “4X” est là pour situer l’auto dans la gamme : quelle surprise, nous avons affaire à un C-SUV, qui devrait donc concurrencer les VW ID.4, BMW iX3, Nissan Ariya et autres Tesla Model Y.

Que vous dire sur le dessin extérieur ? Bien que Toyota se défende de ne présenter qu’un concept, je pense ne pas prendre trop de risques en vous disant que nous avons sous les yeux le bZ4X de série à 99.47 % sûr (soyons honnêtes : un concept avec des rétroviseurs, c’est pas un concept). Une allure loin d’être désagréable : Toyota semble s’être enfin trouvé des designers ne carburant pas à l’acide et c’est une bonne chose. C’est incisif, ça a de la prestance, c’est différent sans être caricatural… En deux mots : j’aime bien.

L’habitacle de bZ4X Concept profite quant à lui de la nouvelle plateforme de Toyota spécialement dédiée aux électriques à batterie, la e-TNGA, qui pousse les quatre roues aux extrémités du châssis, laissant donc de la place pour un habitacle promis comme fort spacieux, avec un espace aux jambes arrière équivalent à celui d’une Camry (spoiler alert : il y a beaucoup de place à l’arrière d’une Camry).

La planche de bord du bZ4X Concept est en revanche beaucoup plus intéressant. Déjà parce que Toyota semble enterrer ses hideux écrans centraux aux boutons dignes des années 90 pour quelque chose de bien plus moderne et qualitatif. Du moderne, du qualitatif…et un petit saut dans le futur avec ce drôle de volant. Un volant pas rond du tout, mais avec un traitement suffisamment réaliste pour que la mise en série soit tout à fait probable. Ce volant pas rond oblige, à l’image de l’i-Cockpit Peugeot, à installer les compteurs (numériques, évidemment) au-dessus de celui-ci, ainsi qu’une petite barrette laquée entre les deux qui servira, d’après mon petit doigt, à scruter le visage du conducteur pour prévenir de son inattention. Côté technique, ce drôle de poste de conduite a été rendu possible grâce à l’adoption d’une direction “by-wire” à commande électrique. J’ouvre une petite parenthèse sur le fait que Toyota se pavane en assurant que le bZ4X Concept est le premier véhicule de production au monde à adopter ce système, ce que semble contredire l’Infiniti Q50 présentée…en 2013. Je vais essayer d’aller à la pêche aux infos, je vous tiendrai au courant 🙂

Parlons technique. Bien que Toyota, fidèle à son habitude, ne laisse filtrer qu’un mince filet d’informations, ce bZ4X Concept se dote de quatre roues motrices via l’implantation d’un moteur électrique sur chaque axe, un système développé en collaboration avec Subaru -ce qui devrait nous donner un frère jumeau au bZ4X dans la gamme de cette dernière. Deuxième information technique : le concept est équipé de panneaux solaires augmentant l’autonomie ; sur ce point, je suis un peu méfiant : j’avais eu une Prius PHV en 2017 qui avait, déjà, des panneaux solaires sur le toit. Des panneaux solaires qui m’ont apporté, après un stationnement d’1h30 en plein soleil, une rallonge de…300 mètres. La technologie a sans aucun doute progressé depuis, mais je doute que la plus-value crève les yeux. Pour le reste (dimensions, capacité de la batterie, puissance des moteurs, côtes d’habitabilité etc etc)…le mystère plane.

Terminons l’article avec les ambitions de Toyota dans le domaine des voitures électrifiées : d’ici 2025 (2025, c’est demain), la marque japonaise comptera dans sa gamme plus de 70 véhicules électrifiés, dont au moins 15 modèles 100% électriques à batterie. Toyota annonce également un mix prévisionnel des ventes en Europe à cette échéance et parie en gros sur 70 % des ventes en hybride “classique”, les hybrides rechargeables et les 100 % électrique (à batterie ou à hydrogène) se partageant les restes à parts égales. En d’autres termes : le calendrier des sorties va être musclé !

Le bZ4X de série arrivera chez nous mi-2022 à un tarif, vous l’aurez deviné, inconnu à ce jour. Encore un peu de patience…

Via Toyota

We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply

Cars Demo
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0
Shopping cart